Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cuba, un eldorado pour Américains ? Cuba, île capitaliste dont les richesses (plantations sucrières, mines de nickel…) étaient détenues par une poignée de yankees privilégiés, incarnation d’un colonialisme qui n’assumait pas son nom ? Cuba dans les années 40 et 50 c’était cela. Pas de Fidel Castro au pouvoir, pas de nationalisations massives des productions, pas de Baie des cochons ni d’embargo, de fermeture des frontières, d’anti-américanisme, d’accointance avec l’URSS communiste. Rien de tout cela. A cette époque, une succession de chefs autoritaires, Batista en tête, faisaient amis-amis avec les plus riches entrepreneurs américains à qui ils offraient sur un plateau d’argent leur pays, une main-d’œuvre peu onéreuse facilement exploitable (Cubains mais surtout Haïtiens et Jamaïquains encore plus désœuvrés), des lois libérales plus que favorables et bien entendu une police entièrement dévouée à la chasse aux rebelles et autres opposants et agitateurs politiques. C’était cela Cuba et c’est ce que Rachel Kushner nous offre avec son très beau Telex de Cuba, véritable saga, mêlant souffle romanesque et roman choral, récit des derniers mois vécus par une poignée d’Américains nantis sur cette île. Nous sommes en 1958 : Fidel, son frère Raul et une armée grandissante de rebelles communistes sèment le trouble et la terreur, marchant sur la Havane et son gouvernement corrompu. Cette armée, soutenue par la population, menace les possessions américaines, cibles privilégiées. Dans notre roman il s’agit d’une vaste exploitation de cannes à sucre détenue par un Américain, reposant sur un encadrement 100% américain : ingénieurs, contremaîtres, gestionnaires débarqués avec leurs familles, abandonnant avec circonspection la mère patrie. « Parqués » dans des résidences fermées et surveillées, véritables eden de nantis, enclave américaine au cœur de la jungle cubaine, des cases dépenaillés et des ghettos noirs, ces exilés ne se soucient ni de la misère ambiante, ni de politique, s’accommodant parfaitement de cette boule de coton dans laquelle ils se prélassent, insensibles à ce qui se déroule sous leurs yeux aveugles. Nous suivons les derniers sursauts d’un idéal qui est sur le point de prendre fin. Finis courbettes et asservissement, compromis et compromission de la part du gouvernement cubain prêt à tout pour faire partie de ce monde. Le rapport de force s’inverse et menace l’équilibre fragile sur lequel se reposait cette poignée de paumés, subitement confrontés à la fin de leur monde. Rachel Kushner dépeint avec justesse cet état de fin qui n’empêche pas pour autant les illusions de ces gens qui veulent encore y croire. Telex de Cuba est une vraie peinture sociale qui ne tombe jamais dans la caricature manichéenne : d’un côté les gentils Cubains révolutionnaires (loin d’être tendres et pour beaucoup peu soucieux d’idéologie politique), de l’autre les méchants Américains dont on peut reprocher pour beaucoup de s’être mis des œillères car après tout, on leur offrait tout pourquoi le refuser. J’ai beaucoup aimé ce roman et son rythme qui alterne tout du long le point de vue de plusieurs personnages, prisme narratif qui donne une vraie dynamique. L’écriture de Rachel Kushner est une écriture riche et puissante, qui ne s’essouffle jamais. Sa sensibilité, son refus de juger, la justesse de son ton et l’acuité de ses portraits font de Telex de Cuba un roman d’une profonde qualité, fort enrichissant pour moi qui connais finalement peu de choses sur Cuba. Je ne peux que le recommander.

Telex de Cuba de Rachel Kushner, collections Points

Partager cet article

Repost 0