Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme toujours lorsqu'il s'agit de Caryl Ferey, l’intrigue policière va bien au-delà de l’exercice de genre et n'est qu'un prétexte pour évoquer le sort des minorités et des laissés pour compte à travers le monde (comme avec l'excellentissime Zulu). Ici, Mapuche offre à notre Frenchie l'occasion de mettre en lumière un pan peu glorieux de l’histoire de l’Argentine : la sombre dictature, association morbide d'une armée et d'une église conservatrices où le vol d’enfants et le jeté d’opposants politiques dans l'océan étaient monnaies courantes.

Jana, jeune Mapuche (cette minorité indienne fortement décimée par les conquistadors espagnols et les gouvernements successifs puis mise au ban de la société argentine), artiste paumée mais talentueuse, décide d’enquêter sur la mort d’un jeune travesti, horriblement mutilé, abandonné tel un tas d'ordures, sans personne pour le pleurer. Notre fière Mapuche a en effet décidé d'aider son meilleur ami, lui-même travesti au grand cœur, qui avait pris sous son aile la jeune victime. Parallèlement, nous suivons Ruben Calderon, ancienne victime des geôles de la dictature, il y a perdu son père (poète renommé) et sa jeune sœur. Détective privé, il a fait de la recherche des disparus de la dictature (opposants et enfants d'opposants) sa spécialité. Au moment où débute notre histoire, il enquête sur la disparition de la fille d’un grande ponte de Buenos Aires, soutien financier du maire. Les deux affaires dont on comprend rapidement qu'elles sont liées, vont amener nos deux écorchés vifs à mener l'enquête de concert. Leur rencontre, explosive et sensuelle, est la collision de deux solitudes, unies par une rage commune de venger les offenses passées.

Démarre alors une course contre la montre qui déterrera sur son passage, tel l'ouragan vengeur, les cadavres qui jalonnent le passé compromettant de nombreuses personnes, pour certaines vivant impunément en tout quiétude, blanchies des crimes antérieurs. Des bas-fonds d'un Buenos Aires, loin des images d’Epinal - une métropole sordide, corrompue et vérolée, port d'attache des âmes perdues - aux grandes plaines de la cordillère des Andes et de la pampa argentine, Ruben et Jana vont être confrontés à l'horreur dans son état pur. Attention, âmes sensibles s'abstenir car Caryl Férey ne nous épargne pas en nous donnant à voir des personnages tous plus pourris les uns que les autres et qui font froid dans le dos. Certaines scènes d'une cruauté inouïe sont à la limite du supportable. L'écriture de Caryl Ferey est d'une puissance et d'une justesse de ton qui servent un roman coup de poing mais nécessaire, un thriller intelligent qui nous interroge sur le poids du passé et nous présente l'histoire encore douloureuse de ce pays mystérieux qu'est l'Argentine et avec elle tout un contexte politique. En votre âme et conscience vous ne pouvez passer à côté.

Mapuche de Caryl Ferey, collection Folio

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :