Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En matière de romanesque, l’australienne Kate Morton nous offre le meilleur depuis les Brumes de Riverton. La scène des souvenirs n’échappe donc pas à la règle. On peut se demander ce que j’entends pas romanesque. Après tout, toute œuvre de fiction littéraire est romanesque. Ce que je définis comme tel tient dans plusieurs critères : un secret caché depuis des décennies remonte à la surface ; une histoire d’amour et de trahison est toujours au centre du roman ; une atmosphère légère au commencement finit sur quelque chose de pesant ; des héroïnes complexes mais attachantes dont on se sent proches, sont en prises avec l’inéluctable et impétueux souffle de l’Histoire. Voilà ma définition du romanesque et La scène des souvenir conjugue tous ces éléments pour un résultat addictif, le tout porté par une écriture fluide et lumineuse, une très bonne gestion de l’intrigue - qui monte crescendo tout en captant le lecteur dès les premières lignes - et des dialogues travaillés. Ce n’est pas du Proust certes mais pourquoi bouder son plaisir ?

L'intrigue :

Laurel Nicolson est une actrice anglaise au sommet de sa carrière, deuxième célébrité préférée des Anglais, c’est une femme de 50 ans à qui tout a réussi (si ce n’est l’absence d’une famille). A 16 ans, un drame familial impliquant sa mère et auquel elle fut la seule à assister, l’a profondément marquée. 40 ans plus tard, alors qu’il reste peu de temps à vivre à sa mère, Laurel tombe sur une photo de celle-ci, jeune femme au début de sa vie d’adulte, accompagnée d’une autre femme, plus mystérieuse. La photo a été prise à Londres en 1941, en pleine attaque de l’aviation allemande sur l’Angleterre. Débute alors pour Laurel une enquête, sorte d’exutoire personnel pour découvrir le fin mot de l’histoire et connaître réellement qui fut sa mère et les raisons qui l’ont poussée à commettre cet acte criminel des décennies plus tôt. Alternant les flash-backs et les points de vue narratifs (celui de sa mère, de l’autre femme et d’autres personnages du roman), nous remontons le fil, l’origine de tout. Mais je ne vais pas en dévoiler une ligne de plus, je m’arrête là car l'intrigue vaut vraiment le détour. Roman de femmes, lumineuse histoire d’amour, quête filiale, relation mère-fille, La scène des souvenirs fait partie de ces romans qui laissent l’agréable sentiment d’avoir partager quelque chose de sincère et plein d’espoir avec les personnages et c'est ce que j'aime tant dans le romanesque, n'en déplaise aux cyniques ! voilà qui est dit !

La scène des souvenirs de Kate Morton, collections Pocket

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :