Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un titre percutant au service d’un roman d’une centaine de pages retraçant la descente aux enfers d’une jeune prof d’italien mutée au cœur d’un collège de Marseille. Eh bien, autant dire que ce roman noir ne respire pas la joie et l’espoir. Oh non !

Lisa elle, était pleine d’espoir et d’attentes lorsqu’elle a choisi ce qui représentait à l’époque pour elle le plus beau métier du monde, celui de son père vénéré, épanoui et admiré par ses élèves. Pétrie d’idéaux républicains sur le pouvoir égalisateur de l’éducation, fière de sa mission, c’est confiante qu’elle est entrée de plain-pied dans le système scolaire. Ah, joies de l’éducation nationale où rien ne se passe jamais comme prévu. Affublée d’une classe de 3e insupportable dominée par une bande de caïds violents, de nymphettes désintéressées, d’une majorité silencieuse et amorphe, son seul rayon de soleil réside en une seule élève, travailleuse et méritante. Mais une seule élève contre une coalition de monstres adolescents ne suffit pas et la descente aux enfers poursuit son inexorable chute. A forces de brimades, de harcèlements, de désillusions, abandonnée par ses collègues et sa hiérarchie qui la jugent responsable de la situation, Lisa perd pied et prépare sa contre-attaque.

Je tue les enfants français dans les jardins est un roman dur et sans concession qui dresse un portrait au vitriol du métier de prof. Marie Neuser n’y va pas avec le dos de la cuillère question critique du système, et vlan une tartine de plus sur le dos de l’éducation nationale (ce qui peut agacer) ! La violence de son histoire fait froid dans le dos et son constat est d’une profonde amertume. Bien qu’on puisse reprocher à Marie Neuser de jouer la surenchère dans le drame psychologique à coup de clichés et d’auto apitoiement (ce qui a beaucoup fait réagir la communauté des lecteurs parfois choqués, en 1e lieu par le titre), on ne peut quand même pas tout dénigrer car le constat d’une faille au sein du système éducatif français est une réalité. Et malgré ces critiques ambiguës, j’ai souhaité me forger ma propre opinion. Je conseille donc ce roman qui ne peut vous laisser indifférents ne serait-ce que par son thème qui représente une des pierres angulaires sur lesquelles reposent les valeurs de la République. Si ce roman peut faire ouvrir les yeux sur l’importance de soutenir le plus beau métier du monde à mon sens (et je ne suis pas prof, n’y voyez pas une autocongratulation), alors ce livre mérite sa place. A bon entendeur !

Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser, collection Pocket

Partager cet article

Repost 0