Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce thriller (ou plutôt roman d’ambiance à la Dix petits nègres) m’a été présenté comme le nouveau Les Apparences de Gillian Flynn…oula tout doux sur les comparaisons ! N’exagérons pas. Le Doute n’égale pas le machiavélisme des Apparences même s’il reste un roman très efficace qui m’a tenue en haleine 2 jours durant et c’est déjà pas mal. Idéal pour les vacances, Le Doute aborde un sujet original, celui de la gémellité, sous un angle hitchcockien, au cœur d’une île sauvage de l’Ecosse balayée par les embruns. Angus et Sarah Moorcroft sont un couple londonien dévasté par le deuil d’une de leur jumelle, la douce Lydia, âgée seulement de 6 ans, et morte accidentellement. Décidés à reprendre leur vie en main, encore parents de la petit Kirstie, ils voient dans le legs d’un manoir ayant appartenu à la grand-mère d’Angus aux larges d’une île écossaise, une promesse de renaissance. Plus rien ne les retenant dans le tumulte londonien, brisés mais désireux de repartir sur de nouvelles bases, ils quittent tout. Tout devrait donc se passer pour le mieux mais c’est sans compter sur le comportement de plus en plus étrange de Kirstie qui affirme être Lydia, sa sœur jumelle défunte. Subir un tel traumatisme, perdre sa jumelle avec laquelle on a été si fusionnelle, pauvre enfant, ne nous formalisons pas trop, ça lui passera. Sauf que cette lubie devient obsession et Kirstie affirme de façon de plus en plus véhémente être Lydia. Et si Angus et Sarah s’étaient trompés d’enfant lors du constat de décès. Les filles sont des répliques si parfaites l’une de l’autre et le comportement de Kirstie ressemble en tout point à celui de sa sœur. Sarah est convaincue que Kirstie est Lydia, sa jumelle préférée. Quel mal y a t-il à le vouloir si ardemment ? Que s’est-il donc passé le jour du drame ? Et si derrière tout ça, d’autres éléments qu’on aurait bien aimé cacher, refaisaient surface ? Entre rancœurs conjugales, tension et manipulation au cœur de cette île inquiétante, le doute sous toutes ses formes s’installe.

Je remercie Babelio et les Presses de la Cité pour ce partenariat fort agréable. Car j’ai passé un pur moment d’angoisse aux côtés de Sarah, mère éperdue et perdue, frissonné face au comportement étrange de la jeune Kirstie/Lydia (comme quoi les mioches peuvent être flippants :)), éprouvé les mêmes doutes. S K Tremayne a réussi son pari sans faire verser une seule goutte de sang, juste par le pouvoir évocateur des mots et un vrai sens du suspense et de la montée en pression. Le dénouement est quant à lui également efficace. Point de frustration à la fin. En attendant le prochain Les apparences, le Doute à n’en pas « douter » saura vous conquérir.

Le doute de S K Tremayne, Presses de la Cité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :