Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Americanah ? Etrange comme terme vous ne trouvez pas ? Que se cache-t-il derrière ce néologisme mystérieux qui puisse être l'objet d'un roman ? Je vais vous le dévoiler... Etre Américanah c'est appartenir à cette caste d'élus, ceux qui ont pu quitter le Nigéria pour partir étudier et vivre aux USA et qui revenus au bercail, auréolés de prestige, créent leurs sociétés et s'enrichissent au pays. Voilà la réalité qu'englobe ce mot qui a sonné de façon si mélodieuse à mes oreilles.

Chimamanda Ngozi Adichie puise dans sa propre histoire pour nous raconter celle d'Ifemelu, jeune femme nigériane, éprise de liberté, grande gueule et brillante qui partit étudier à Philadelphie, quittant son amour de jeunesse, le non moins brillant Obinze. Mais quelle sensation cela fait-il d'être noire dans un pays où la question des races est si pregnante alors qu'on ne s'est jamais posé la question dans son propre pays où cette réalité finalement n'existe pas ? Cela donne un truculent récit de vie où l'auteur raconte avec justesse, humour et intelligence, le parcours de son héroïne mais aussi de tous ceux qui l'ont côtoyée : d'Obinze, fils d'une universitaire douée et respectée qui découvre la réalité d'être un sans-papiers en Angleterre, en passant par la tante d'Ifemulu, étudiante en médecine entretenue par un général nigérian ventripotent qui ne lui laisse rien à sa mort si ce n'est un fils ou bien encore les amies d'Ifemulu qui courent désespérément après le bon parti au sein de cette bourgeoisie nigériane, tout cela combiné nous immerge au cœur du pays le puissant et peuplé d'Afrique. Un pays déserté par son élite qui préfère fonder son avenir en Amérique ou en Angleterre, Eldorado pour beaucoup, dépitée face à la corruption ambiante et le régime militaire qui gangrène le Nigéria. J'ai particulièrement aimé le portrait de ce pays dont on ne connaît finalement de lui que les massacres perpétrés par Boko Haram. Un pays paradoxal qui oscille entre tradition et modernité, mené par une bourgeoisie capitaliste pétrie de l'idéal consumériste occidental et dont pourtant la majorité des habitants vivent mal.

Americanah c'est également les 15 années passés par Ifémulu aux USA, entre désillusions, espoirs et petites victoires, instants de vie croqués dans un blog corrosif et sans langue de bois ou comment le pays de l'Oncle Sam est vu à travers le regard d'une Noire non américaine. 15 ans de dur labeur et d'efforts de tous les instants pour s'intégrer en dépit de la dure réalité du concept de race qui d'après elle régit tout le système social et culturel américain. Cette thèse est développée tout au long du roman, sans misérabilisme ni auto apitoiement.

Certains ont reproché au roman de traîner en longueurs. En ce qui me concerne, je pense que j'aurais pu savourer 100 pages de plus sur les péripéties d'Ifemulu, ballotée entre Nigéria et USA. J'ai découvert un auteur très prometteur, au style percutant, sans faux-semblants et très juste, une véritable conteuse tout autant que chroniqueuse acerbe d'un pays et d'un continent qui se cherchent.

Si j'avais un conseil c'est bien celui de lire Chimamanda Ngozi Adichie car quand on y pense, il n'est pas si courant de lire des auteurs africains, alors quand ils sont talentueux, pourquoi passer à côté ?

Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie, éditions Gallimard

Partager cet article

Repost 0