Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la tradition vaudou haïtienne, Tonton Clarinette est un voleur d'enfants qui s'accapare leurs âmes innocentes à l'instar du joueur de flûte du conte allemand qui charme avec le son de son instrument ; Tonton Clarinette fait sensiblement pareil mais dans une version plus exotique.

Notre thriller s'articule autour de cette trame : qui vole les enfants haitiens tout autour de la capitale dévastée qu'est Port au Prince ? Et surtout qui a kidnappé il y a de cela 3 ans le jeune Charlie, fils d'une des plus grosses fortunes de l'île ? C'est là qu'entre en jeu notre enquêteur Max Mingus qui vient de finir sa peine de 8 ans de prison à Rikers. Son crime : avoir assassiné des violeurs d'enfants de sang froid (pas trop envie de la juger perso mais bon la loi est la loi). Ancien flic à Miami, devenu détective privé, marié à la belle et sensuelle Sandra, son monde s'est écroulé le jour où la sentence est tombée. Résultat des courses, à sa sortie de prison Max Mingus n'est quasiment plus rien : sa femme est morte, ses amis l'ont abandonné sauf son ancien acolyte Joe. Alors quand une des plus grosses fortunes d'Haïti vous propose ni plus ni moins que 10 millions de dollars s'il retrouve son fils vivant, dur de faire la fine bouche. Le seul bémol c'est qu'il faut embarquer en Haïti, en 1996, île détruite (et encore il n'y pas eu de tremblement de terre) par des décennies de dictature sous le joug des Duvallier Père et fils, puis d'Aristide, pays soumis à la plus extrême pauvreté et qui en 1995 se fait "aider" par les forces américaines et l'ONU pour "réinstaurer" la démocratie. Le constat est sans appel : à part semer la peur au sein de la population locale en la méprisant, les USA ne font pas grand chose pour le redressement du pays. Du coup l'Oncle Sam a franchement mauvaise presse. Max Mingus va prendre une sacrée claque dans la figure en découvrant ce pays ravagé, si pauvre que les enfants mangent parfois de la boue pour tenir et sombrent dans la drogue, où le SIDA commence à décimer la population dans l'indifférence totale, une île autrefois belle, verdoyante et généreuse, dorénavant aride et pillée de tout bord. Dans ce chaos, Max Mingus va revoir ses a priori, rencontrer nombre de personnages ambiguës, côtoyer de près ce qui peut être commis de pire par l'esprit tordu des hommes. Entre séances vaudou et magie noire, superstition farfelues, corruption et sombres pans de l'histoire d'Haïti, autant vous dire que notre héros déchante rapidement.

Inutile de vous préciser que j'ai adoré Tonton Clarinette. Enfin un thriller qui a de la gueule, du style et un vrai fond derrière l'enquête elle-même très maîtrisée et parfaitement agencée ! Nick Stone nous décrit sans ambage la réalité de cette île si chère à son coeur (issu d'une des plus vieilles familles haitiennes). Portrait sans concession d'un pays qui sombre, d'une population attachante mais encore très empreinte de superstitions, pays qui garde malgré lui les séquelles de son passé esclavagiste, Tonton Clarinette est un thriller de qualité, intelligent, porté par des personnages intéressants et hauts en couleur, qui m'a secouée au plus profond (certains passages sont d'une telle violence que j'ai du interrompre ma lecture). Aucun faux pas, un véritable sans faute pour ce premier opus des enquêtes de Max Mingus que je vais bien evidemment suivre de près (deux tomes sont déjà parus, ils sont d'ores et déjà dans ma liste des futurs achats livres). Je suis même triste d'avoir du quitter Max Mingus c'est vous dire.

Tonton Clarinette de Nick Stone, Collection Folio

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :