Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelle pépite mais quelle pépite ! Lu d’une traite, en apnée. Quel concentré d’émotions à l’état pur dans un si court roman ! (attention points d’exclamation omniprésents dans cette critique). Je ressors sonnée par ce roman d’une intensité comme il m’a rarement été donné d’en voir. Je ne peux qu’ajouter ma voix au concert unanime de louanges car Otages Intimes est une vraie réussite. Pourtant dieu sait que le parcours fut long avant que je me décide à réserver ce livre à la bibliothèque car je le confesse, j’avais déjà tenté d’approcher l’œuvre de Jeanne Benameur avec Profanes, roman abandonné au bout de 20 pages. Mais comme les mystères du cerveau restent impénétrables, j’ai sauté le pas et me voilà conquise, séduite, admirative devant tant de talent !

Otages intimes est récit d’un long réapprentissage de la vie, celui d’un homme, Etienne. Grand photographe de guerre, il fut l’otage d’un groupuscule armé (on ne saura jamais la raison) qui l’a retenu (on ne sait pas combien de temps) dans un pays en guerre. Le roman s’ouvre sur sa libération qui le verra échangé contre quelque chose que souhaitaient ses ravisseurs : hommes, argent, nous n’en saurons pas plus. Etienne est attendu de pied ferme par sa mère, femme courage qui l’a élevé seule et entend bien le ramener au cœur du village de son enfance, loin de la foule parisienne et du stress. Il y retrouvera Enzo, son ami de toujours qui lui est resté au village et Jofranka qui comme Etienne a sacrifié sa vie personnelle au profit d’une cause plus grande, la défense des femmes violées victimes de crimes de guerre. A la mère d’Etienne et Enzo, ancrés au territoire, stables et constants, s’opposent Etienne et Jofranka, enfermés dans leur monde égoïste, des électrons libres qui les ont rejetés et aspirent à plus : la rédemption, la lutte, semblables à des drogués camés à l’adrénaline. Chacun de ces protagonistes est otage de ses démons intimes. Otages intimes c'est aussi et avant tout la survie d'Etienne qui malgré l’amour de ses proches, se sent coupé des autres car otage de ce qu’il est devenu, un survivant. Car comment raconter la survie, l’enfermement, la violence et la détresse, quand la seule obsession se résume à manger, asservi aux besoins les plus basiques, avide du moindre geste de mansuétude de la part des geôliers ?

Récit intime d’un retour à la vie, Otages intimes est une perle littéraire qui interpelle le lecteur et l’émeut tout à la fois. Faites-moi plaisir, ne passez pas à côté sous peine de faire une bien belle erreur.

Otages intimes de Jeanne Benameur, Actes Sud

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :