Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parfois il est bon de se plonger dans un classique de la littérature. La rentrée littéraire c’est sympa mais gare à l’overdose. Lire un classique s’apparente donc à une petite bulle surannée fort réconfortante dont on sait qu’on ne sera pas déçus (enfin je parle pour moi qui ai rarement été déçue par ce qu’on dénomme « Classiques »).

Jack London, prolifique auteur américain du début XX, fut ma cible. Comme Croc Blanc et L’appel de la forêt ne m’emballaient guère (je reste citadine c’est mon drame), je me suis rabattue sur un ouvrage unanimement qualifié de chef d’œuvre, à savoir Martin Eden.

Pour commencer il me faut vous avertir que certains voient en Martin Eden, un alter ego romancé de Jack London mais gardons-nous de tout amalgame et concentrons-nous sur ce personnage haut en couleur pour éviter tout débat.

Notre récit débute avec l’arrivée du jeune Martin Eden, matelot au long cours, issu de la classe laborieuse, peu instruit et aux manières fort peu avenantes, dans une demeure classieuse de San Francisco. Il vient de sauver un jeune bourgeois d’une dérouillée sévère qui était parti s’encanailler sur les docks ; pour le remercier ce dernier l’invite à dîner à la table de sa respectueuse famille. L’intrusion dans ce monde raffiné de Martin Eden, naïf mais pourtant loin d’être bête, fait l’effet sur lui d’une révélation quasi divine, effet d’autant plus accentué par l’émoi subi devant la sœur de son hôte dont il tombe irrémédiablement et éperdument amoureux. Dès lors, il n’aura de cesse de s’affranchir de sa condition d’homme peu instruit pour parvenir à séduire sa bien-aimée. Par la seule force de son opiniâtreté à apprendre tout ce qu’il est possible d’apprendre en un temps record, à remédier aux lacunes de son savoir, Martin Eden change radicalement son destin et se mue en assoiffé de connaissance. Son but ultime : devenir écrivain et prouver que rien n’est jamais figé dans la vie dès lors qu’on se bat pour sortir de sa condition et qu’on y croit dur comme fer.

Martin Eden nous raconte cet éveil intellectuel et comment son héros lutte chaque jour pour prouver aux autres et à lui-même qu’il peut devenir quelqu’un. Face aux doutes, aux réserves émis notamment par sa bien-aimée qui ne croit pas en son ambition d’être écrivain et aimerait qu’il embrasse une carrière respectable d’employé de bureau, Martin Eden n’aura de cesse de lutter. Mais peut-on si facilement s’affranchir d’un déterminisme social ? C’est tout l’intérêt de ce roman social et profondément intime où Jack London nous livre les rêves et désillusions d’un jeune homme sensible.

Que l’histoire de Martin Eden soit proche du destin de Jack London n’a que peu d’impact sur la lecture de cette œuvre puissante au souffle lyrique, romanesque et terrible à la fois de dureté sociale. La plume de Jack London sert merveilleusement bien le destin hors du commun de Martin Eden, doux rêveur qui en devient antipathique tant son ambition dépasse tout et lui fait renier qui il est. Certains passages envers la classe ouvrière tout comme la classe bourgeoise sont impitoyables de cynisme. Jack London n’épargne personne et nous livre un dénouement final qui m’a profondément heurtée.

Martin Eden de Jack London, collection 10/18

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :