Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La littérature francophone africaine en temps normal j’adhère. Alain Mabanckou m’avait enchantée avec Verre cassé, Yasmina Khadra et Tahar ben Jelloun font partie de mes références. Bon alors que pasa avec ce Roi de Kahel ? Bah pasa que je n’ai pas beaucoup accroché, on ne va pas se le cacher.

Décidemment l’année 2016 débute mal chez moi : aucun roman ne trouve grâce à mes yeux, c’est un drame. Je passe à côté, oscillant entre profond désintérêt et simple apathie, je suis une déprimée de la lecture.

Alors que reproche-je à notre auteur guinéen ? Ce qu’il faut savoir c’est que j’ai acheté ce roman emballée par la perspective de découvrir A) un auteur guinéen B) un roman picaresque guinéen C) les dessous de la conquête de la Guinée par les Français au XIX.

Le sujet de notre roman m’avait ferrée dès la 4e de couverture : l’histoire vraie d’Olivier de Sanderval, utopiste aventurier fasciné par l’Afrique, riche industriel dont l’unique obsession fut de conquérir le royaume Peul du Fouta Djalon et d’y posséder un empire. Je m’imaginais les pérégrinations en terre peule d’un homme de son siècle, lourd du poids de ses préjugés concernant la population africaine et la mission civilisatrice de la France (de ce côté-là on est servis), frétillant gardon qui irait de déconvenues en déconvenues sur un rythme effréné. Alors côté déception et déconfiture y’a de quoi faire (je vous passe le nombre de fois où notre héros est atteint de diarrhées ou échappe de peu à la mort). En revanche côté rythme effréné on repassera.

Tout est fastidieux : j’ai peiné à poursuivre ma lecture, l’enthousiasme des débuts se muant irrémédiablement en ennui. Les personnages sont pourtant truculents, la palme revenant à Olivier de Sanderval qui incarne l’esprit européen condescendant par excellence et en devient presque touchant de bêtise. J’ai engrangé moult savoir sur l’histoire de la conquête du royaume Peul par la France et comment en quelques années la France est passée du désintérêt pour ce continent à une véritable frénésie colonisatrice. De ce côté-là, Tierno Monemembo a effectué un travail de recherche louable qui fait tout l’intérêt de ce roman. Il renseigne aussi sur l’organisation de la hiérarchie en territoire peul : un royaume central duquel dépend des royaumes vassaux, sorte de fédération de trônes. Et l’esprit peul, fier et roublard (c’est pas moi qui le dis c’est l’auteur) est des plus saisissants.

Le roi de Kahel est un récit historique intéressant mais un brin rébarbatif qui vaut le détour si on est curieux de cette époque et du peuple peul si mystérieux. A vous de voir.

Le roi de Kahel de Tierno Monemembo, collection Points

Partager cet article

Repost 0