Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alléluia ! Après 3 semaines de lectures en demi-teinte, enfin un roman qui me réconcilie avec la lecture (je commençais à trouver le temps long). Faites sonner les trompettes, critique positive sur le départ !

Dans ce thriller, Deborah Pennac a en effet tout pour plaire : belle, élégante, gracile, épurée et fragile (bref elle m’énerve déjà ;)), elle vit dans une demeure bourgeoise auprès de son séduisant mari David, coach spécialisé dans les shows destinés à rebooster la confiance en soi d’hommes ternes et timides. David sait qu’il plait, fascine, force l’admiration tout comme sa dévouée épouse Déborah que tout un chacun a envie de protéger, oisillon délicat tombé du nid. Ce couple presque parfait, aussi beau que bien assorti, dérange pourtant : tant de perfection cache forcément quelque chose de louche non ? On ne peut pas être beaux et riches sans raison. Les voisins jalousent, l’entourage s’interroge.

Mais qu’on se rassure, la mécanique bien huilée déraille avec l’arrivée inopinée de Nicolas, le jeune frère (ancien toxico) de David, avec sa petite fille et sans nouvelles de son épouse Laura. Loin d’être liés comme les doigts de la main, les frères Pennac se toisent plutôt en chiens de faïence, au bord de l’explosion sous le regard médusé de Deborah qui pour ne rien faciliter, attise la convoitise de Nicolas. Et pour finir, le charmant tableau de famille se fissure irrémédiablement quand un flic plus que borderline, Sacha Mendel, s’empare de l’affaire de la disparition de Laura Pennac.

Place à l’engrenage, aux tensions et doutes en tout genre parce que croyez-moi il va y en avoir à la pelle. Bravo Ingrid Desjours, vous savez ménager votre suspense. Vous nous malmenez, nous menant de fausses pistes en déconfitures, faisant de nous des paranos soupçonnant tout le monde et personne à la fois, tout le monde y prend pour son grade. Chapeau ! Rythme implacable et tensions crescendo, les apparences se fissurent et révèlent les drames. Et ce n’était pas gagné car le début m’avait un peu déconcertée. Je trouvais la mécanique longue à se mettre en place. Mais c’est semble-t-il pour mieux nous berner et nous amener exactement là où Ingrid Desjours le souhaitait avec du machiavélisme à la limite de l’overdose.

Seul bémol dans ce thriller implacable : le personnage de Sacha Mendel auquel je n’ai pas cru une seconde. Attention, je pourrais crier aux clichés concernant cet inspecteur borderline aux traits un peu grossiers (et grotesques à certains endroits). Mais qu’on se rassure, cela n’a en rien entaché mon plaisir de lecture. Alors un conseil : foncez !

Tout pour plaire d’Ingrid Desjours, collection Pocket

Partager cet article

Repost 0