Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes lectures sont rarement le fruit du hasard. Et Brooklyn ne déroge pas à la règle. C’est en passant devant les affiches du film sorti courant février que l’existence du roman m’a été dévoilé car pour être tout à fait franche, je n’en avais jamais entendu parler.

Mon avis sur le roman est dans l’ensemble plutôt positif même si je ne le qualifierais pas de chef d’œuvre absolu : nous en sommes loin. Mais le portrait de la jeune Eilis Lacey et à travers elle, le sort des immigrés déchirés entre la mère patrie et le pays d’adoption est juste et sensible dans son traitement, très sobre je dirais.

Eilis végète dans sa ville paumée de la campagne irlandaise. Nous sommes en 1950 et le rêve américain continue d’exercer un attrait quasi mystique sur nombre de jeunes gens désireux de croquer le monde à pleines dents et de réaliser leurs rêves : la vieille Europe semble trop étroite. Bizarrement, le jeune Eilis ne le voit pas comme cela car son morne quotidien lui suffit, auprès de sa sœur et de sa mère aimantes. Mais un petit coup du destin permet à la jeune femme de partir à New York, auprès de la solide communauté irlandaise expatriée. Sa valise en main, Eilis quitte le cocon familial pour la Big pomme. Bon, disons qu’on est loin du rêve américain : elle atterrit dans une chambre confortable mais sans plus et obtient un poste de vendeuse dans un grand magasin populaire de Brooklyn. Pas de quoi pavoiser. Mais Eilis est une laborieuse, une jeune femme tenace malgré sa discrétion et petit à petit elle se réapproprie sa vie. Elle y rencontre un jeune homme d’origine italienne qui la courtise. A ses côtés, Eilis commence à s’imaginer un véritable avenir en Amérique. Mais est-ce vraiment aussi simple d’oublier d’où l’on vient ? Est-ce que s’intégrer signifie forcément oublier ses racines ? Doit-on culpabiliser de vouloir avancer loin de chez soi et de ses proches ? Toutes ces questions du déracinement se posent dans ce joli roman à travers le parcours de notre touchante héroïne, aux prises avec son destin de femme.

Brooklyn de Colm Toibin, 10/18

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :