Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forte de ma 1e expérience en univers Oatsien (cf les Chutes), j’ai donc poursuivi sur cette lancée avec le célèbre Confessions d’un gang de filles (ou Foxfire qui a par ailleurs été adapté en film). Et je suis au regret de vous annoncer que celui-ci m’a quand même sacrément moins emballée, ce qui est d’autant plus dommage que le sujet traité avait tout pour me captiver.

Imaginez un bled paumé de la côte Est des Etats-Unis, à moitié sinistré, dans les années 50. Imaginez une bande d’adolescentes qui, ayant décidé de ne plus se faire dicter leur conduite par les hommes qu’elles méprisent, se regroupent en association de malfaitrices, à la fois vengeresses et féministes. Menée par un leader charismatique sous les traits de Legs, figure anticapitaliste, féministe, anticléricale, fougueuse et intransigeante garçon manqué lâchée dans la nature depuis longtemps, cette bande de filles baptisées Foxfire, soumet la gente masculine concupiscente et répugnante à son joug impitoyable. Personne ne passera entre les mailles de leurs filets. Le récit de la vie de ce gang de filles nous est raconté à travers les notes et confessions de Maddy, la chroniqueuse, la plus débrouillarde et intelligente de la bande, qui voue un véritable culte à Legs qu’elle craint et admire. 2 années de vie à un rythme effréné pour ces jeunes filles si différentes, liées par le sceau de l’amitié à la vie à la mort et qui finiront leur course tragiquement.

Après un début prometteur qui m’a fait dévorer les 50 premières pages à la vitesse de la lumière, le rythme s’essouffle et finit sur un dernier sursaut d’intérêt les 50 dernières pages, à l’approche du drame. Je suis clairement passée à côté de ce roman, je ne vois pas d’autres explications. Je n’ai pas ressenti l’exaltation du groupe, n’ai pas été émue du sort de ces Foxfire malmenées par la vie. L’empathie a quasi frisé le néant et le personnage de Legs, bien que très fouillé et complexe, m’a laissée de marbre. Le processus narratif, celui d’un récit conté par l’intermédiaire des notes et souvenirs de Maddy, a rajouté une distance quasi clinique qui combinée à la dureté du thème, laissera un sentiment d’inachevé, de désincarnation. Question de point de vue bien sûr et la majorité des lecteurs ont vu en ce roman un chef d’œuvre. C’est pourquoi je vous conseille d’en entamer la lecture car il présente les qualités littéraires des plus grands. Le feeling n’entre pas en ligne de compte au final. Et il mérite quand même le coup d’œil.

Confessions d’un gang de filles de Joyce Carol Oates, Livre de Poche

Partager cet article

Repost 0