Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2e roman de cet auteur israélien dont j’avais apprécié le Tel Avis suspects, thriller qui avait eu le mérite de pointer du doigts (intelligemment j’entends) les travers de la société israélienne Vous l’aurez deviné, la flamboyante cité reste le point d’ancrage de notre récit qui à cette occasion, met en lumière l’épineux problème des réfugiés africains. Car en Israël, la question des flux migratoires est devenue une véritable pomme de discorde et le sort réservé aux migrants loin de faire rêver. C’est dans ce contexte houleux que Michal Poleg, militante des droits des demandeurs d’asile est assassinée. Notre activiste n’était pas vraiment en odeur de sainteté auprès des hautes sphères de la droite pure et dure (mais pas que, ajoutez la mafia dans ce micmac) dont l’ultime objectif est d’expulser tous les étrangers, perçus comme une menace intérieure. Et quoi de plus facile que de laisser un jeune Erythréen s’accuser du meurtre. Oui mais n’est-ce pas trop simple ? Anat Nahmias (tiens une femme pour une fois hip hip hip), est chargée de l’enquête. Pas vraiment folichonne notre inspectrice : mal fagotée, p’tit brin de femme maigrichonne et mal coiffée, elle agace sa hiérarchie parce qu’elle est 1) une femme 2) une femme pas féminine pour un sou 3) perspicace et compétente et ça ne plait pas du tout à messieurs les mâles dont l’orgueil en prend un coup.

Bien que moins emballée par ce 2e roman (l’intrigue m’a laissée sur ma faim), Terminus tel Aviv contient néanmoins tout ce qui fait la qualité de l’écriture de Liad Shoham : un regard acéré et sans langue de bois sur un pays qui vit le racisme comme partout ailleurs et ne sait pas gérer la question de l’émigration de masse. Une écriture mordante au service de sujets de fond qui explique en grande partie le succès de Liad Shoham notamment dans son pays. Je continuerai à suivre son actualité littéraire de toute manière ne serait-ce que pour l’intérêt géopolitique et sociétal que je porte à Israël.

Terminus tel Aviv – Liad Shoham, 10/18

Partager cet article

Repost 0