Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profanation de Jussi Adler Olsen, Livre de poche

Il était enfin temps que je m'attelle à la lecture de cet auteur danois au succès grandissant (et dont déjà 3 romans ont été adaptés en films, mazette). Mais une fois n'est pas coutume, je n'ai pas commencé par le 1e tome des enquêtes du département V (ou les affaires non classées, un Cold Case danois en quelques sorte) qui nous permettait de faire connaissance avec son personnage récurrent, l'inspecteur Carl Morck et son assistant syrien Assad. Mais rassurez-vous, commencer par le 2e tome n'entachera en rien le suspense du 1er (si d'ores et déjà vous souhaitiez repartir depuis le début).

Ce qu'il faut savoir est que comme tout roman policier qui se respecte en littérature, notre héros, Carl Morck, est plutôt du genre antipathique (voire très antipathique), bourru à l'excès, mal embouché, nerveux et peu aimé de ses collègues et de sa hiérarchie. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'on lui a confié la résolution d'affaires non résolues et soyons francs, c'est l'équivalent de la purge ou de la mise au placard (sauf si travailler au sous-sol au milieu d'un débarras vous semble le summum de l’élévation sociale...). Assisté d'Assad, à l'intuition et à la maladresse toutes particulières, Carl semble penser que le monde entier et les dieux vikings se sont ligués contre lui.

Profanation exhume des tréfonds du passé (1987), le double assassinat d'un frère et d'une sœur, meurtre ayant mis en lumière le rôle joué par une bande de fils à papa d'un pensionnat huppé qui pour tromper l'ennui de leur morne existence de privilégiés, s'amusaient à torturer, frapper et plus si affinités, des victimes innocentes (on s'amuse comme on peut hein?). Sauf qu'en ces années 2010, ce double meurtre a déjà été jugé puisqu'un des leurs (comme par hasard le moins friqué) a avoué et purge une peine de prison tout en boursicotant (un mystérieux donateur a gentiment offert quelques millions de couronnes à notre coupable). Serait-ce le prix du silence ? C'est ce que semble penser un informateur anonyme qui a délibérément abandonné le dossier sur le bureau poussiéreux de Carl Morck. Et voilà notre duo de flics partis à la chasse aux faux-semblants, bien décidés à exhumer la vérité et les vieux démons. Qu'est-il vraiment arrivé ce fameux soir de 1987 ? Que se cache-t-il réellement derrière cette bande d'amis à la vie à la mort qui continue, 20 ans après, à briller et régner sur le monde des affaires. C'est qu'il s’attirerait des problèmes notre inspecteur, à vouloir traquer la haute sphère. Attention, qui s'y frotte s'y pique. Et qui est cette mystérieuse Kimmie, cette sans-abris qui semble très bien connaître la petite bande ?

Manipulation, sexe, violences et pouvoir sont intimement imbriqués dans ce nœud de vipères, pour notre plus grand bonheur de lecteurs. Du rythme, des personnages bien affûtés, un flic borderline auquel on s'attache (vous en doutiez?), une histoire bien scabreuse qui titille l'imagination, faudrait être difficiles pour ne pas accrocher. Un bémol cependant : les clichés sur le personnage d'Assad me gênent un peu (je ne sais pas si c'est volontaire, mais le mythe du gentil immigré béni oui oui m'a un brin énervée). J'espère que le personnage sera amené à évoluer vers plus de nuances.

Si on passe cette maladresse, les enquêtes du département V m'ont convaincue et j'y retourne faire un tour d'ici 1 semaine:).

Partager cet article

Repost 0