Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déniché dans une librairie bretonne toute mignonne, estampillé coup de coeur du libraire, ce roman a irrémédiablement attiré mon regard. Si en plus, on y parle musique, histoire d'amour impossible et XVIII siècle, what else ? Tous ces alléchants éléments combinés, me voici embarquée dans la Milan du XVIIIe auprès d'une jeune aristocrate, Paola Pietra, forcée de prendre le voile par un père qui n'a plus vraiment envie de s'en occuper. Comme souvent à cette époque, l'Eglise s'en chargera. Initiée au chant lyrique par une sœur esthète et mélomane, elle enchante le chœur du couvent et les fidèles se massent nombreux pour venir l'écouter. L'un deux, un aristocrate anglais, homme marié, venu négocier quelques affaires politiques, tombe follement amoureux de la belle nonne dès la 1e note. Transi d'amour, il fomente un plan d'évasion destiné à libérer et culbuter (oups pardon) notre pure et innocente Paola. Notre roman est donc le récit de cette évasion et du périple qui mènera Paola et son amant insatiable à travers la méditerranée, de Malte puis jusqu'à Londres. Que d'aventures pour notre duo charnel ! 
Marta Morazzoni s'y entend pour nous conter cette rocambolesque histoire d'amour et de musique. Du rythme et de beaux passages lyriques pour décrire l'émotion musicale et la transe éprouvée lors des duos de chant, ce roman est de la belle ouvrage. Oui mais. Cela s'essouffle très vite je trouve, bizarrement dès que notre Lord parvient à détourner notre Paola du droit chemin. Le récit de leur périple m'a semblé long et fastidieux et je dois avouer avoir eu envie d'en finir le plus vite possible. Seuls les passages liés à la musique ont trouvé grâce mes yeux. De quelques chose de lyrique et de passionné, on assiste à un lent délitement vers du banal (même du picaresque) et mon petit cœur de lectrice ne l'a point supporté. Tant pis. 

Partager cet article

Repost 0