Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ceux qui me connaissent un peu et suivent mes chroniques, savent l’enthousiasme quasi fétichiste que je porte à l’auteur catalan (d'adoption je précise) Victor Del Arbol. Son dernier roman, Toutes les vagues de l’océan, reste sans conteste une de mes plus belles lectures de 2015. Pour vous dire j’en suis encore toute tourneboulée, 1 an et demi après. Aussi, quand j’appris que son dernier bébé venait de naître, ma pause déjeuner fut consacrée à l’aller-retour illico presto à la Fnac la plus proche ; tant pis pour le repas !

Retrouver l’univers sombre et sans concession de cette Espagne postfranquiste me chamboule. Victor Del Arbol et sa galerie de personnages torturés, ambiguës au possible, sans compromis, oscillant entre le bien et le mal sur un fil tendu à l’extrême, le poids du passé en filigrane et qui ô grand jamais, ne laisse les morts et les vivants tranquilles, cet univers provoque à coup sûr un séisme émotionnel en moi.   

En résolvant l’affaire de la disparition d’une enfant trois ans plus tôt, l’inspecteur Ibarra a vendu son âme au diable. C’est désormais un homme aux prises avec ses propres démons, qui tente tant bien que mal de survivre au sein d’un mariage moribond. Ses retrouvailles, dans des circonstances dramatiques, avec la mère de la jeune victime qui n’est plus que l’ombre d’elle-même, font ressurgir les secrets et les non-dits. Dans leur sillage, un vieux chapelier argentin, une mère de famille portugaise et un jeune homme étrange, constituent le décor d’un drame imminent.

Que pasa, que paso ? No lo se. La magie (si on peut appeler comme ça l’univers de Del Arbol) n’a pas opéré, ô misère, ô désespoir ! Je suis passée totalement à côté de ce roman, les pages se succédant rapidement sans marquer mon esprit de leur empreinte. Trop sombre sans doute, moins « habité » très probablement. Serait-ce l’épuisement du filon tant exploité par notre catalan ? J’en ai bien peur. La recette du roman choral imbriquant des destinées poursuivies par le passé, fait chou blanc cette fois-ci. Bien que plus court que les précédents romans, La veille de presque tout m’a semblée plus poussif, plus morne. Et mis à part Ibarra, aucun des protagonistes ne m’a touchée.

Un cru à la limite du beaujolais nouveau, pas assez vieilli en fût de chêne, trop piquant (et là je sens que je vais énerver les amateurs, mais j’assume ;)). Non Victor, je ne suis pas contente ! Mais n’étant point rancunière, y’a quand même de fortes chances pour que j’accoure acheter ton prochain. Mais por favor, pense à innover hein ?  

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :