Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Nous avions à peine 20 ans et nous rêvions juste de liberté. C'est par cette phrase que débute notre récit dont on sait, dès les premières lignes, qu'elle ne se finira pas bien. Une sorte de fatalité semble dès cet instant, coller à cette histoire d'amitié à la vie à la mort. Hugo (le narrateur) et les siens, ses amis, sa vraie famille de cœur, arpenteront les routes au volant de leurs montures chromées. Enfants paumés en marge de la société, pas mauvais bougres pour deux sous, ils vivront à 100 à l'heure chaque seconde de leur vie de jeunes adultes, abreuvés de miles, assoiffés de sensations, avides de liberté. Des routes austères, ils en feront leur repère, un refuge rassurant où être pleinement eux-mêmes. Des motards, loups solitaires comme vieux briscards en bande organisée, ils s'en feront de braves et fiers compagnons. Et ils vivront, intensément, consumant la vie par les deux bouts, sans jamais regretter un seul instant d'être partis de chez eux, d'avoir quitté leur trou de Providence où rien de bon ne pouvait leur arriver. Parce que l'amitié et la route, il n'y a que ça de vrai. Et jusque dans le drame, ne jamais se retourner et vivre avec des si.

 

Pour ma 1ere lecture de cet auteur prolifique, on peut dire que c'est une sacrée découverte. Sceptique au début, j'ai mis environ 100 pages pour me familiariser avec le style de narration, une écriture simple au service d'Hugo, le narrateur, ado puis jeune adulte paumé qui nous raconte la rencontre avec ses frères d'armes puis sa vie à leurs cotés. Je ne voyais pas trop où l'auteur voulait nous embarquer et puis, sans s'annoncer, le déclic fut et j'ai dégommé le reste du livre en une soirée, avide de savoir le fin mot de cette amitié tragique. Un souffle épique m'a accompagnée tout au long de ma lecture, je m'y croyais tellement, à l'arrière de la moto d'Hugo, une vraie biker par procuration. Et cette complicité, cette solidarité toute virile de ces mioches attachants marqués par le rejet et qui se sont constitués en une fratrie plus forte que les liens du sang, ça m'a émue.

 

En effet, nous sommes dans le roman d'initiation à la mode Harley Davidson dans la plus pure tradition d'un Salinger, à mi chemin aussi du récit beatnik On the road again. Un hybride réussi et touchant, une belle galerie de personnages sensibles et attachants et un souffle romanesque pour agrémenter le tout. Avis aux curieux, aux amoureux de motos comme aux autres, faites-vous votre opinion sur ce livre qui agite la blogosphère.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :