Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contrairement à l'opinion générale, je ne clouerai pas au pilori le 2e roman de S.J Watson. Certes, son 1e thriller, Avant d'aller dormir, a fait l'effet d'une bombe dans le paysage de la littérature noire, et oui, son dernier roman semble un pale héritier à côté. Pour autant, j'avoue avoir passé un bon moment en compagnie de Julia, la quasi quadra londonienne en mal de sensations, bien décidée à faire la lumière sur la mort de sa sœur cadette, assassinée à Paris.

 

Julia mène une vie rangée auprès de son mari, Hugh, célèbre chirurgien et de son fils adoptif, Connor, ado sympathique qui n'est autre que la progéniture de Kate, la sœurette, ce qui fait de Julia la tante/mère par procuration. Vous êtes perdus ? Rien de grave rassurez-vous : Kate a eu Connor trop jeune (17 ans) et l'a confié, quelques années de galère plus tard, à sa grande sœur à la vie bien rangée et à la situation sociale plus qu'enviable. Vous êtes revenus avec moi ? Parfait, on reprend. Julia ne se remet pas du meurtre de sa sœur bien aimée qu'elle a toujours protégée, voire quasi élevée. Déclarée apprenti-détective, elle fouille la vie de Kate et découvre, à force de recherches sur son ordinateur, que celle-ci s’acoquinait régulièrement, en virtuel ou en face à face, avec des gentlemens des rencontres sur internet. Et si son meurtre était lié à une mauvaise rencontre ? Nous y voilà ! Julia devient une serial addict du net pour débusquer le potentiel assassin de sa sœur, quitte à s'en brûler les ailes et à perdre de vue l'essentiel. Notre bourgeoise bien sous tout rapport n'est pas si chaste et rangée, que nenni... Et les relations virtuelles sont si tentantes, vous me suivez ? Jeux dangereux en vue !

 

Mon bilan est assez simple : je me suis prise au jeu d'Une autre vie. Julia, dans toute ses imperfections, résolue à trouver l'assassin de sa sœur à tout prix, m'a touchée. S.J Watson a le don pour brosser des portraits de femmes fragiles, prises dans l'étau de leur désir qui se heurte à leur vie bien sous tout rapport, sans aspérités. Julia est heureuse mais cela ne lui suffit pas. La mort de sa sœur catalyse cette frustration de Desperate housewife et libère des années d'inhibition. Évitant tout pathos et clichés, S.J Watson nous offre un personnage maîtrisé de bout en bout, auprès duquel nous frissonnons allègrement. Loin de moi l'idée de vous spoiler mais la partie où Julia lâche la bride et se laisse aller à ses pulsions, est sacrément bien réalisée. Quant à la conclusion de ce thriller, personnellement, je n'ai rien vu venir. Il m'a bien menée en bateau le coquinou et jusqu'à la fin qui plus est !

 

Un honnête et bon thriller qui, s'il ne restera pas dans mes annales personnelles, n'en demeure pas moins efficace, bien mené, un suspense crescendo qui ménage le temps qu'il faut. Idéal pour l'été qui s'approche.

 

 

Partager cet article

Repost 0