Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Imaginez : vous êtes britannique, plutôt bien fait de votre personne, avenant, journaliste d’investigation que la probité et la passion du métier transcendent…un peu mais pas trop tout de même. De surcroit, vous vous remettez difficilement d’une rupture avec votre ex, avocate anglo-nigériane sublime qui vous a tant vanté les mérites du pays, que vous vous jetez comme la misère sur le monde sur l’opportunité d’une vie : investiguer dans le plus grand et riche pays d’Afrique, tous frais payés par le patron. Direction Lagos, métropole tentaculaire, ville de pouvoir où l’argent coule à flot et le vice tout autant. Came, prostitution, rapt, viols, guerre des gangs et même trafic d'organes.

Guy Collins en fera les frais, lui qui croyait se la couler douce au bord d’une piscine dans un hôtel grand luxe parmi les privilégiés européens. Il se fourre le doigt dans l’œil pourtant. Et hop, le v’la-t-il pas embarqué dans une sombre histoire de meurtre rituels de prostitués qu’un tueur sanguinaire s’amuse à découper en petits morceaux pour les vendre au plus offrant. C’est que le trafic d’organes est très lucratif car ici, on croit au juju, la magie noire qui fera de vous l’homme le plus puissant, la femme la plus désirée. Suffit de trouver les bons "matériaux" et le tour est joué.

Guy Collins fait équipe avec la sculpturale Amaka, déesse nigériane bien décidée à protéger ses pauvres filles des rets des plus tordus des fétichistes. Une course contre la montre s’engage dans les bas-fonds de Lagos, à laquelle nous assistons, médusés. Ayez le cœur bien accroché les amis, tant certaines scènes donnent presque envie de rendre son MacDo du midi.

 

Mon avis

Je ne vous cache pas ma légère déception. J’ai tant attendu la sortie poche de ce roman que c’est un peu la douche froide. J’imaginais une percée saisissante dans le sordide, aux côtés d’un duo d’enquêteurs disparates aussi frapadingues que torturés. Au lieu de cela, l’auteur fait prendre à son récit un tournant trop léger à mon sens, et soyons clairs, Guy Collins est un bouffon risible que j’espérais voir évoluer au fil du temps. Les atermoiements d’un homme torturé par sa libido face à une Amaka sexy en diable qui le rend dingue (dans son poum poum short), nous font passer à côté de l’essentiel (point de vue personnel bien entendu). Quant à l’intrigue, elle n’est pas assez creusée. Leye Adenle a voulu dénoncer une pratique courante au Nigéria, sans aller au bout de son réquisitoire. Et pourquoi saupoudrer ce récit d’une histoire d’amour romantique et de parties de jambes en l’air ?? On s’en fout ! Voilà c’est dit

Partager cet article

Repost 0