Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je retrouve avec grand plaisir notre shérif au grand cœur des plaines du Wyoming, le célèbre Walt Longmire et sa brochette d’acolytes : Henry Standing Bear, le meilleur ami indien à l’œil acéré, Vic, l’adjointe à la grande gueule légendaire, Dorothy et son resto où crèche le père Longmire, Ruby, la standardiste maternelle et bien entendu l’ancien shérif Connally, le mentor de Walt.

Ce dernier continue à se faire chier dans la maison de retraite où il passe des jours tranquilles, attendant Walt tous les mardis pour la partie d’échecs réglementaire assortie de son non moins réglementaire Bourbon on the rocks !

Une routine qui pourrait aller pour le mieux si Walt ne traînait pas une peine de cœur lourde comme un 3 tonnes 5 en ces jours de Noël. Et pour couronner le tout, cette routine perd complètement sa raison d’être quand le grand amour de Connally, Mari Bajora, qui séjournait également dans la maison de retraite, vient à mourir. Ok, cette femme était âgée et tout tend à faire croire à une mort naturelle ; une paisible petite vieille s’éteint tranquillement, quoi d’anormal. Oui mais Connally n’y croit pas voyez-vous. C’est même une épine dans le pied pour mister Longmire car le mentor est persuadé que Mari a été empoisonnée.

Qui aurait des raisons de buter une p’tite vieille en apparence tranquille ? Vous l’aurez compris, Le camp des morts se focalise sur Mari Bajora et l’enquête ouverte par Longmire pour connaître le fin mot de l’histoire. Et comme toujours, ce ne sera pas de tout repos. Entre une famille Baroja éclatée qui cache plein de vilains secrets, un Connally intenable décidé à faire justice, un nouveau collègue qu’il faut gérer, une fille adorée qu’on a envie de voir plus que tout, un fou qui trucide pas mal de monde et une tempête de neige qui paralyse tout le comté, bref, notre héros va en baver sérieusement.

Inutile de vous préciser que j’adore l’atmosphère de cette série policière. C’est simple, j’aime tout (sans aucune nuance) : ce loup de mer (ou plutôt loup des montagnes) ultra attachant, les personnages secondaires qui lui tiennent tête (mention spéciale à Vic qui lui en balance des sacrées dans la figure), des intrigues travaillées, un style percutant, des répliques drôles qui font mouche, des paysages sublimes qui m’envoient du rêve en barre. Tout fonctionne à la perfection.

Moralité : bibi est partie pour dévorer toute la série !

Partager cet article

Repost 0