Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon dieu quelle écriture ! Quel destin ! Il m’aura fallu plus d’une semaine pour m’atteler à la critique des Derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik qui en ce moment fait la une de la rentrée littéraire avec son livre consacré au fils fou d’Einstein (Le cas Eduard Einstein).

Une semaine pour digérer ce livre, pour me remettre doucement du choc émotionnel causé par ce roman. Je suis littéralement restée pantoise et décontenancée par cette pépite de talent, où chaque phrase parfaitement ciselée, chaque mot choisi, frappent juste et dégagent un tel ras de marée d’émotions. Rarement livre m’aura à ce point émue.

Tout est dit dans le titre vous vous en doutez. Stefan Zweig, icône littéraire de cette Europe cosmopolite de la première moitié du XXe siècle, fervent défenseur de la paix et de l’humanisme, témoin de ce siècle d’effervescence sociale et culturelle, figure de prou de cette Mitteleuropa d’autrefois, croit trouver dans le Brésil une terre d’accueil, lui qui fuit le régime nazi. Accompagné de sa seconde épouse, la douce et fragile Loth, si admirative et si éprise de cet homme (jusqu’à l’obsession), il assiste à l’effondrement d’un mythe, d’un idéal de valeurs d’humanité et de générosité auxquels il avait tant cru. Nous vivons les derniers mois de ce couple, miné par le plus profond désarroi, par le plus insoutenable pessimisme. A travers le regard de Loth notamment, nous assistons désemparés, à la lente déchéance de Stefan Zweig, mari peu soucieux de sa fragile épouse, aveugle à l’amour qu’elle lui porte et qu’elle espère tant lui offrir pour le sauver. Car le livre est le récit de cette dualité : d’un côté l’écrivain, qui ne croit plus en rien et ne veut plus survivre à l’horreur répandue dans une Autriche et une Europe tant aimées, de l’autre Loth, qui incarne ce renouveau et l’espoir d’un recommencement (d’une renaissance) dans ces contrées lointaines et exotiques.

Laurent Seksik est un merveilleux auteur et son écriture, fluide et si poétique, rend parfaitement hommage à cette histoire tragique, à ces destins brisés. Les passages sur Loth sont tout simplement poignants, tellement d’ailleurs que j’aurais tant aimé secouer Stefan Zweig et lui ouvrir les yeux, le livrer enfin aux douces caresses du bonheur conjugal ! Les derniers jours de Stefan Zweig est un livre rare qu’il vous faut lire, je n’ai pas d’autres mots !

Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik, collections J'ai Lu

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :