Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après avoir refermé Train d’enfer pour ange rouge la première chose que vous ferez sera de vous jeter sur quelque chose de beau, de gentil, de pur, de mignon, de tendre, des nounours à la guimauve, une tablette de crunch, un lait chaud… bref sur quelque chose qui vous empêchera de faire d’horribles cauchemars, parce que croyez-moi vous allez en avoir besoin !

Je m’explique : Franck Thilliez a su parfaitement orchestrer le macabre, le glauque, l’indicible, le tabou, l’insondable cruauté de l’être pour nous offrir un premier thriller qui m’a littéralement donné froid dans le dos. Ce livre est ma première rencontre avec l’auteur et c’est loin de m’avoir laissée indemne.

Sharko est un flic bourru dont la femme Suzanne a disparu depuis 6 mois. Traînant son mal-être et son angoisse, il est placé sur une affaire particulièrement macabre : une femme a été retrouvé torturée chez elle, avec pour clou du spectacle une mise en scène parfaitement orchestrée. La victime a été mise sens dessus dessous dans une position particulièrement contorsionnée qui rappelle les pratiques du sadomasochisme et du bondage. A partir de là, d’autres meurtres tout aussi ignobles se succèdent. Ajoutez à cela le tueur qui nargue Sharko et le reste de la Crim, une sorte d’ombre sans visage qui se prend pour un dieu tout puissant et vengeur, et vous aurez la trame de Train d’enfer pour ange rouge. Aidé d’une profileuse, Sharko va pénétrer dans le monde fermé et ambiguë du sadomasochisme et du bondage, découvrir tout un univers parallèle et souterrain régi par l’assouvissement d’instincts primaires où l’imagination avoisine avec l’absence de tabous, un monde sans limite où les valeurs morales n’ont plus vraiment cours.

Le thriller est gore, il met mal à l’aise, il dérange. Franck Thilliez nous décrit avec énormément de détails les scènes de meurtre ainsi que l’atmosphère qui règne, et je dis chapeau ! J'ai encore en mémoire la description de l'autopsie pratiquée sur la victime et croyez-moi mes tripes se sont retournées plusieurs fois ! Franck Thilliez arriverait presque à nous salir, à nous éclabousser avec cette atmosphère poisseuse et malsaine. Rien n’est épargné au lecteur. Le personnage de Sharko est lui aussi bien esquissé. Bien qu’il reste un flic bourru aux méthodes légèrement musclées, je n’ai bizarrement pas eu l’impression (classique dans ce style de littérature) d’un personnage cliché. Je me suis sentie immédiatement proche de cet homme torturé par l’absence de son épouse et l’énigme de sa disparition qui le ronge.

Je comprends mieux le succès connu par Franck Thilliez, et pourquoi tout le monde dévore chacune de ses parutions. C'est indéniablement un très bon auteur de thriller et j’ai déjà entamé la suite de ses aventures à l’heure où j’écris cet article. Je pense qu’après une petite pause légère s’imposera néanmoins.

Train d'enfer pour ange rouge de Franck Thilliez, éditions Pocket
Tag(s) : #thriller

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :